Le cheminement démocratique d'un projet

Apprendre l'idée de l'AMI, c'est ici.

Le cheminement démocratique d'un projet

Message non lupar Soyons AMI » Ven Sep 13, 2013 6:33 pm

processus.pdf
Téléchargement du schéma au format PDF haute définition
(109.45 Kio) Téléchargé 398 fois
Florian nous gratifie d'un nouveau splendide schéma heuristique très clair.

Chaque projet déposé doit suivre un cheminement précis qui varie considérablement par rapport aux autres modèles de financement participatif. Le financement participatif n'étant pas la finalité de l'AMI mais juste son outil. Il se peut qu'un projet déposé à l'AMI soit récupéré par un partenaire quelconque ou qu'un membre le finance en totalité, auquel cas, l'AMI ne prend rien. Le rôle de l'AMI est sociétal et démocratique, pas commercial. Sa fonction n'est pas de financer des projets, mais d'offrir au peuple un système démocratique lui permettant d'influer sur les grandes orientations politiques et économiques.


Image


I Le projet, qui peut être entrepreneurial ou associatif, peut être déposé sous n'importe quelle forme. Un simple business plan décrivant le concept pour permettre de se faire une idée suffit.

II Le projet est validé. Il n'est pas validé au sens où nous l'entendons aujourd'hui, mais juste que l'idée peut ne pas être réaliste du tout.

Exemple : Un jour un ami a débarqué chez moi tout excité en me disant qu'il avait eu l'idée du siècle, un concept de hamburger à domicile sur le modèle des pizzas à domicile....

...Bien évidemment, complètement irréaliste!

Une pizza peut se vendre 25€ livrée et avec on va volontiers boire une bouteille de rouge, éventuellement on prendra encore une bouteille de Coca et ça fait 50€, ça vaut le coup de se déplacer. Un hamburger se vendra 10€ livré max et personne ne prendra de rouge, à la rigueur une bière. On ne boît pas de vin avec un hamburger, on peut, mais ça ne se fait pas. Alors qu'avec une pizza, un bon Chianti ou un bon Lambrusco....

On reviendra alors de la livraison avec 25€. Et s'il y a 3 personnes, la pizza, 50€, ça fait pour les trois. Alors que le hamburger, c'est 25€/personne....donc le concept ne marche pas.

III Le concept a été validé comme réaliste, il est exposé sur le forum. Si un partenaire est intéressé, il peut le récupérer pour son compte, ainsi le porteur de projet trouvera ce qu'il est venu chercher : du financement! L'AMI pourra alors éventuellement intervenir si le projet ne réunit pas la totalité de la somme demandée, en couvrant les derniers 20% manquants...

On peut par exemple imaginer que l'AMI finance d'office les projets suffisamment conséquents, disons 50'000€, qui sont difficiles à réunir en crowdfunding, qui ont été déposés sur l'AMI, récupérés par un partenaire et ayant rassemblé au moins 80% de la somme, sans passer par le vote du public. Le public déciderait si oui ou non il souhaite financer d'office ces projets qui ont été largement soutenus par la démocratie mais n'ont pas réussi à rassembler la totalité de la somme. L'incidence de l'AMI est ainsi augmentée, les partenaires sont crédibilisés...

IV Si le projet est voué à être financé par l'AMI, il y a une condition d'entrée, mais qui n'est pas forcément rigide. Pour limiter le risque du malandrin qui se dirait : "bon, je suis dans la dèche, je sais pas quoi faire, je vais soumettre un projet à l'AMI, je vais me prendre 10'000, ça me donnera du souffle et je fais faillite et voilà", il faut des gardes-fous :

  • Le droit de veto du président de la SCIC en est un. Le président ne peut pas imposer un projet et ne peut pas décider de financer un projet sans demander l'avis du public, mais même si le public s'est emballé pour un projet qu'il juge risqué, il peut apposer son veto, c'est un garde-fou.
  • Le crédit se fait sous contrat, impliquant la possibilité de contraindre le créateur à un audit et, si nécessaire, administrateur, en cas de problème sans qu'il ne puisse s'y soustraire, c'est un autre garde-fou.
  • Mais le premier garde-fou prévu est que pour qu'un projet puisse être déposé, le créateur doit posséder 20 QP du fonds de garantie, en plus d'être sociétaire, soit 2'000€.

V Mais voilà, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. Certains peuvent trouver l'argent dans leur famille. D'autres auront des amis suffisamment aisés pour réunir la somme. D'autres sont très isolés et dans des situations qui pourraient les empêcher de rassembler cet argent sans pour autant être de mauvaise foi. Auquel cas, une section du forum leur sera dédiée et ils pourront alors appeler le public à décider d'accepter quand même le projet, par un sondage, en expliquant leur situation. Le public assume ainsi son choix.

Si le public refuse, le projet est avorté et sera redéposé lorsque que le créateur aura réuni la somme (qu'il pourrait réunir en allant sur un site de crowdfunding, ce qui serait un argument ensuite pour son projet, prouvant sa détermination et son sérieux).

Si le public accepte, un forum dédié avec un groupe spécifique lui est ouvert, pour lequel il dispose des pleins pouvoirs. Libre à lui de gérer son discours, les commentaires, les flux de questions comme il l'entend.

VI Une période d'inscription est alors ouverte et des membres intéressés par le concept s'inscrivent comme intervenants pour échanger sur le sujet, pour éviter les répétitions, l'arrivée inopinée d'un intervenant extérieur qui met les pieds dans le plat parce qu'il a pas suivi. Durant toute les discussions, la lecture est accessible à tout le monde, pour suivre, mais seuls les inscrits peuvent participer au forum concernant ce projet.

Lorsque le créateur a décidé de lui-même que le public était prêt à valider son projet, un sondage est mis en ligne où tout le monde peut voter dans un délai d'une semaine. Comme le forum est toujours ouvert durant cette semaine, le créateur peut argumenter. Il peut également échanger sous le sondage pour inciter à voter pour son projet.

Nous avons là littéralement une campagne politique parfaitement démocratique!

Si le projet est refusé, il est soit avorté, soit modifié pour répondre aux attentes du public et le processus recommence au début.

N.B. : A noter que ce cheminement, ces discussions, sont un atout didactique considérable pour le créateur qui se trouve alors confronté à son futur marché et la vérité de son projet qu'il apprend à connaître par coeur, qu'il précise au gré des conversations, ce qui est fondamentalement différent par rapport au financement actuel d'un projet quelconque qui nécessite d'avoir déjà un Business Plan précis, avec des tas de chiffres imaginaires que personne ne lit, qui ne correspondra en rien à la réalité une fois le projet concrétisé. Là, c'est le contraire, le créateur a une idée et il la concrètise!

VII Si le projet se porte bien, le créateur paie les intérêts des QP en sa possession au moment du décompte annuel. Il ne paie que les intérêts des QP en sa possession. Il paie au pro rata temporis la première année, mais dès les années suivantes, il paie simplement en fonction du nombre en sa possession au moment du décompte.

Le créateur paie 6% sur chaque quote-part en sa possession. Si 5000 QP sont à sa disposition, soit 500'000€, il paie 5000x 6%. C'est la même chose que s'il payait 6% de 500'000€. Sauf que dans le cas d'un crédit on paie les intérêts sur le capital. Alors qu'avec ce système, si le créateur a racheté 100 QP avant la date de clôture de l'exercice, "cachet de la Poste faisant foi" (le cas échéant, date de l'email), donc même 24h avant, il ne payera plus que 6% sur 4900QP. C'est un avantage commercial considérable. :sun:

Explication : le gars doit payer 5000x 6%, soit 30'000€. S'il rachète juste avant clôture 100QP, soit 10'000€, il ne devra payer plus que 29'400€, ce qui fait qu'il se sera désendetté de 10'000€ pour 9'400€. Alors que dans un système de crédit, si on rembourse notre crédit, c'est le remboursement, plus intérêts au pro rata temporis au moment de la position comptable du remboursement, plus une indemnité libératrice compensatoire pour remboursement prématuré la plupart du temps. Autrement dit, le désendettement de 10k€ se ferait plutôt pour quelque chose genre 10'900€ (6% d'intérêts + 3% d'ILC) que 9'400€ avec l'AMI.

Le désendettement est donc beaucoup plus rapide avec l'AMI qu'avec un crédit. :muscle:

Le créateur peut racheter librement des QP quand il le veut comme il l'entend. Il peut les conserver toute sa vie si il veut. Au moment du décompte, il paie les intérêts, c'est tout.

Si le projet ne se porte pas bien et ne parvient pas à payer son dû, le porteur de projet revient sur le forum et demande au public l'affranchissement total ou partiel du paiement des intérêts ou leur simple report. Le public a alors comme armes la possibilité d'astreindre le porteur de projet à un audit ou même un administrateur.

S'il refuse de l'entendre, le projet capote et l'investissement est perdu. Il est donc dans l'intérêt des membres de limiter la casse.

C'est un autre très gros avantage du concept de l'AMI : on est entre nous, avec tout ce que ça implique. Le financement est plus souple, meilleur marché, bénéficiant de l'empathie des membres, des gages de réussite, une entreprise peut mettre plusieurs années avant de décoller, sans pour autant que son créateur ne soit de mauvaise foi. :flower: :flower:

VIII Si le créateur de projet n'est pas parvenu à se faire entendre, pour diverses raisons, outre la faillite, d'autres voies peuvent être explorées :

  • La reprise du projet par quelqu'un d'autre.
  • Sa réorganisation, avec des associés, un refinancement, etc....
  • ...et c'est en dernier ressort et à contre-coeur que l'AMI acceptera alors de mettre en faillite le projet si toute autre solution est verrouillée.

IX Lorsque le créateur à racheté la totalité des QP en sa possession, il est libéré du contrat qui le liait à l'AMI.

La charte qu'il avait signée au moment du dépôt de son projet l'engageant à rester sociétaire de l'AMI et, idéalement, à prendre part au débat démocratique, il sera incité à respecter sa parole pour apporter sa contribution et son expérience aux suivants dans la mesure de ses possibilités. Ce qui lui offrira par ailleurs des opportunités de partenariats, d'association, de développement ou d'investissement de ses réserves. :handshake:


Alors, tous AMI? :nod: :party:
Avatar de l’utilisateur
Soyons AMI
Administrateur
 
Message(s) : 72
Inscription : Sam Déc 22, 2012 12:12 am

Re: Le cheminement démocratique d'un projet

Message non lupar [AdelineU] » Ven Sep 13, 2013 7:59 pm

Thierry,

Ton processus, clair et précis, démontre que tout est possible en respectant tous les acteurs de ce système on ne peut mieux démocratique, transparent et d'actualité. Moi-même, de l'ancienne école recta et bouche cousue, j'approuve et admire totalement ce nouveau concept à dimension humaine.

Mais voilà, personne pour s'inscrire à devenir membre pour 20 euros seulement. Faut croire que tes lecteurs assidus sont soit des SDF ou des écoliers ! Avec ma grosse paie d'employée ADMR à 7,49/heure, je me suis quand même inscrite, sans avoir un iphone ou le dernier des gadget. Si-si!, j'ai pu le faire!
A toi de voir, si peut-être, il s'agirait d'un problème de communication. Je ne comprends pas.
Partager ses idées fait partie de l'évolution.
Avatar de l’utilisateur
[AdelineU]
 
Message(s) : 12
Inscription : Lun Sep 02, 2013 7:02 pm

Re: Le cheminement démocratique d'un projet

Message non lupar Soyons AMI » Ven Sep 13, 2013 8:11 pm

En même temps, d'adhérer aujourd'hui ne ferait pas adhérer au concept, mais à l'association de préfiguration du concept.

...Et je crois que les gens ne veulent pas participer au développement de leur avenir, ils préfèrent se contenter de critiquer alors que là on leur offre simplement la possibilité de mettre en place quelque chose dont j'ai inventé la base, mais qui reste à construire pour qu'il convienne au plus grand nombre.

Je trouve cette résistance incroyable!
Avatar de l’utilisateur
Soyons AMI
Administrateur
 
Message(s) : 72
Inscription : Sam Déc 22, 2012 12:12 am

Re: Le cheminement démocratique d'un projet

Message non lupar [AdelineU] » Ven Sep 13, 2013 8:32 pm

Oui, je pense qu'il est plus facile d'aller scander des slogans dans les rues, plutôt que de se prendre en charge. L'autre jour sur itélé ou BFM, une jeune manifestait pour sa retraite et avoir un boulot, alors que 5 minutes plus tôt, une pub de l'armée qui recrute.... A mon avis, grève et manif sont un sport national typiquement français, histoire de lancer son coup de gueule et puis de dormir sur ses 2 oreilles de bon citoyen ayant accompli son devoir. Regarde sur FB, ce qui accroche, c'est ce qui heurte. Tu ne heurtes pas, tu as une solution qui emmerde le monde.

Un mot: ne lâche pas.
Partager ses idées fait partie de l'évolution.
Avatar de l’utilisateur
[AdelineU]
 
Message(s) : 12
Inscription : Lun Sep 02, 2013 7:02 pm

Re: Le cheminement démocratique d'un projet

Message non lupar Soyons AMI » Ven Sep 13, 2013 8:42 pm

Dans l'immédiat, en tous cas, je ne lâche pas.... :P
Avatar de l’utilisateur
Soyons AMI
Administrateur
 
Message(s) : 72
Inscription : Sam Déc 22, 2012 12:12 am


Retour vers Formations AMI

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité
cron