Les flux financiers de l'AMI

Apprendre l'idée de l'AMI, c'est ici.

Les flux financiers de l'AMI

Message non lupar Soyons AMI » Jeu Sep 05, 2013 9:21 pm

Flux_financiers.pdf
Le diagramme des flux financiers en grande taille au format PDF
(261.33 Kio) Téléchargé 317 fois
Florian nous a fait un diagramme du drainage des flux financiers par l'AMI. Pour plus de lisibilité il a opté pour des sommes faibles. Ils seront bien plus élevés dans la réalité.

Image



I Le schéma heuristique ne prend en considération que les Quotes-parts (QP) des membres, 5000 membres ont une QP à 100€ = 500k€. Mais il y a aussi le capital social de la SCIC/SA qui vient gonfler le capital de l'AMI. Néanmoins, le capital social sera maintenu en réserve comme coussin d'amortissement du crédit. Si les porteurs de projet n'ont pas besoin d'amortir, le prêt bancaire, lui, s'amortit. Si les porteurs de projets n'amortissent pas suffisamment, il faudra disposer de capital pour payer les annuités à la banque.

Les sociétaires, qui possèdent des actions, ne sont pas les mêmes que les membres, qui possèdent des Quotes-parts. Les sociétaires sont essentiellement des entreprises, des collectivités, les partenaires, tout intéressé à voter dans les Assemblées Générales (AG). Les membres, eux, possèdent des quotes-parts du fonds de garantie et votent sur les projets proposés.

II Il est écrit "Banque", mais "organisme financier" aurait été mieux adapté, parce que tous les organismes ne sont pas des banques. Le concept de l'AMI est d'emprunter l'argent à investir à des organismes financiers quelconques détenteurs d'une licence de banque. Ainsi nous réunissons deux avantages. Non seulement l'AMI devient un instrument de création de richesse éthique, mais il remoralise la fraction de la finance qui lui est soumise. Chaque sou qui passe au travers de l'AMI n'est pas investi dans un système financier déviant.

Au début, il faudra faire la chasse au financement, c'est une évidence. Mais au fur et à mesure de la prise d'ampleur de l'AMI, l'intérêt des organismes financiers va se développer immanquablement. De composer avec l'AMI sera porteur d'image et de rentabilité économique. Des points importants aujourd'hui pour des organismes pointés du doigt pour avoir été pour le moins un peu léger avec le portemonnaie des autres.

Pourquoi les organismes financiers nous prêteraient-ils?

  • Parce que c'est leur métier, tout d'abord. C'est avec ça qu'ils gagnent leur croûte.
  • Parce que c'est bon pour leur image. De financer un organisme éthique est bon pour les affaires, surtout démocratique comme l'AMI. A l'inverse, de ne pas y être fait se poser des questions et c'est encore plus grave lorsqu'on s'en fait jeter, difficilement justifiable aux yeux des clients.
  • Parce que l'AMI c'est un fonds, quelque chose qui leur ouvre des perspectives d'accès à des marchés difficilement accessibles jusque-là, le marché des très petits investissements. Pour l'AMI, il n'y a rien de trop petit ni de trop grand. Le concept permet le transit financier même pour les petits projets financés par des organismes partenaires de l'économie collaborative.
  • Parce que derrière ces financiers, il y a des hommes et des femmes comme vous et moi, qui aiment leurs enfants, leur pays, l'économie, la politique, entreprendre, etc...

III Pour plus de lisibilité le diagramme ne prend en compte qu'un seul projet. Bien évidemment, il s'agit de financer de très nombreux projets. Plus les projets seront nombreux et plus le rendement sera élevé avec un risque moindre et le développement sociétal apporté par ces projets conséquent.

IV Ce qui est extraordinaire pour le porteur de projet, avec l'AMI, c'est qu'il ne fait que payer des intérêts sur les QP en sa possession. Après chaque clôture de l'exercice annuel, on fait le décompte des QP encore investies et il paie ses intérêts sur chacune d'elles. Il amortit, en rachetant ses QP une par une à chaque fois qu'il 100€ de trop, si il veut...ou pas. Le but étant qu'il rembourse le plus vite possible pour que l'AMI puisse amortir le crédit bancaire, pour que le porteur de projet soit libéré le plus tôt possible de ses obligations et vole de ses propres ailes, pour que son revenu ne soit pas absorbé trop longtemps par les intérêts. L'intérêt n'est pas élevé, mais suffisamment dissuasif pour avoir envie d'éviter de le payer. Imaginez que vous ayez investi 300'000€ dans votre projet, si vous devez sortir 18'000€/an d'intérêts, ils seraient tout aussi bien dans votre poche pour payer la dinde à Noël.

Un autre point extraordinaire avec l'AMI, c'est sa souplesse. Comme il s'agit d'un organisme démocratique, si le porteur de projet ne parvient pas à payer ses intérêts, en raison de problèmes structurels, de lenteurs de démarrage, d'incompétence, peut-être aussi, parce qu'on ne nait pas entrepreneur, on le devient, alors il soumet son problème au public et s'en explique. Il peut demander l'affranchissement total ou partiel, un délai pour le paiement. Ce sont les membres qui décident et qui assument directement leurs actes au travers du rendement de leur épargne. S'ils font preuve de rigidité et qu'ils refusent, si le porteur de projet fait faillite, ils perdent et l'image de financement éthique de l'AMI est écornée. S'ils font preuve de souplesse et qu'ils acceptent d'affranchir ceux qui le méritent ils auront moins de rendement. S'ils font trop de cadeaux, ils pourraient ne plus avoir de rendement du tout.

Mais le public est tolérant...

V L'AMI draine tous les flux financiers. Il encaisse les fruits des investissements du capital social et du capital de garantie. Il encaisse les intérêts des QP en possession des porteurs de projets. Il paie les intérêts aux organismes financeurs, paie ses frais, finance son cash-flow, rempli ses comptes de réserve et l'excédent est ensuite divisé par le nombre de QP constituant le capital de garantie et versé aux membres qui le demandent.

VI Le rendement visé est de 6%. Mais cet idéal ne peut être atteint que si tout se passe bien. Les porteurs de projet rachètent régulièrement leurs QP, ils paient régulièrement leurs intérêts, etc... Un taux idéal qui ne sera probablement pas atteint systématiquement. Il y aura des porteurs de projet qu'il faudra soutenir, accompagner, d'autres qui feront défection, certains seront simplement un peu serrés. Mais je rappelle que le taux des Livrets A et d'épargne tournent autour de 1,5% à 2%... :mrgreen:

De plus, le public ne contribue pas primairement pour le rendement.
Avatar de l’utilisateur
Soyons AMI
Administrateur
 
Message(s) : 72
Inscription : Sam Déc 22, 2012 12:12 am

Re: Les flux financiers de l'AMI

Message non lupar [AdelineU] » Mar Sep 10, 2013 7:58 pm

Impeccable le schéma ! :muscle:

Les explications qui suivent sont claires, mais au niveau comptable, je besoin de savoir ce qu'il se passe concrètement.

- les quotes-parts sont-elles nominatives ? Si oui, dans quel ordre les épargnants seront-ils à nouveau "possesseur" de leur droit de réinvestir dans un autre projet, sachant que le bénéficiaire ne rembourse son "prêt" que quand il le peut. (je sens que je ne suis pas claire dans la question).

- seront-elles déposées à la banque comme garantie ? ou simplement notifiées comptablement en attendant le remboursement du porteur de projet ?


- Combien de quotes-parts un épargnant peut-il acheter ?

Merci d'éclairer ma lanterne !
Partager ses idées fait partie de l'évolution.
Avatar de l’utilisateur
[AdelineU]
 
Message(s) : 12
Inscription : Lun Sep 02, 2013 7:02 pm

Re: Les flux financiers de l'AMI

Message non lupar Soyons AMI » Mar Sep 10, 2013 8:28 pm

Merci pour toutes ces questions. :flower:

Néanmoins, j'aurais préféré qu'elles soient posées dans "Questions pour le concept", mais bon, ça fait partie de la discussion et ça permet à tout un chacun de mieux appréhender la lecture. :nod:

les quotes-parts sont-elles nominatives ?


C'est obligatoire. Les quotes-parts sont littéralement des actions et les actions au porteur sont interdites en France, mais également dans beaucoup d'autres pays d'Europe. Ca ne signifie pas qu'elles ne soient pas transmissibles, mais la transmission est soumise à la loi sur l'héritage, la donation entre vifs, etc...

Plus que ça, le fisc doit être informé de l'état de fortune de chacun des membres chaque année. Pour ce faire, il faudra envoyer à chaque membre un état de compte qu'il pourra déclarer —ou pas, c'est son problème, ça ne nous regarde pas— aux impôts. Sachant que la loi édicte que si le fisc veut connaître l'état de compte de n'importe quelle personne, même étrangère, nous devons lui transmettre toute information relative.

Si oui, dans quel ordre les épargnants seront-ils à nouveau "possesseur" de leur droit de réinvestir dans un autre projet, sachant que le bénéficiaire ne rembourse son "prêt" que quand il le peut. (je sens que je ne suis pas claire dans la question).


Comme ce ne sont pas les quotes-parts du fonds de garantie qui sont prêtées mais les quotes-parts du fonds d'investissement, chaque membre peut participer de manière illimitée et inconditionnelle à tous les projets qui l'intéressent. A limite de capacité d'investissement de l'AMI, bien évidemment. Si le fonds d'investissement est ratiboisé et la ligne de crédit épuisée, forcément...

Mais tant qu'il y a de l'argent à investir, chaque membre peut contribuer à l'AMI, même en ne possédant qu'une seule quote-part. C'est là que l'AMI est démocratique par opposition à un système de crowdfunding qui ne fait que financer des projets : à l'AMI, on peut toujours donner son avis, même si on est fauché. :P

seront-elles déposées à la banque comme garantie ? ou simplement notifiées comptablement en attendant le remboursement du porteur de projet ?


Cette question a déjà été traitée par le fond ici : viewtopic.php?f=15&t=507

En l'occurrence, cette question n'a pas lieu d'être puisqu'elle ne se rapporte pas du tout au fonctionnement de l'AMI. Les quotes-parts des membres ne sont pas dans une banque, puisqu'elles sont investies pour servir de garantie pour l'obtention du crédit servant à la création du fonds d'investissement.

Combien de quotes-parts un épargnant peut-il acheter ?


C'est fonction de l'agrément qui, normalement, fixe une limite à la collecte de l'épargne qui est conditionnée par la loi à une capacité de remboursement et une garantie de 100'000€ par compte pour les établissements de crédit. Les sommes que l'AMI va traiter font qu'il devra de facto obtenir cet agrément-là, sinon il n'aura pas lieu d'être.

Partant, le nombre de quotes-parts achetées est alors illimité et plus il y en a et plus l'AMI a d'influence sur la finance qu'il remoralisera d'autant plus. Le but de l'AMI, c'est le nombre et c'est pour cette raison.
Avatar de l’utilisateur
Soyons AMI
Administrateur
 
Message(s) : 72
Inscription : Sam Déc 22, 2012 12:12 am


Retour vers Formations AMI

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité
cron